randonnée avec enfant Lorraine Alsace Moselle Bas-Rhin Donon Vosges

Sortie au Donon : un temple antique dans les Vosges

Nous étions en manque de sorties en montagne, alors aujourd’hui avec la lutine nous sommes parties toutes deux faire l’ascension du Donon. On se balade au col du Donon puis on grimpe par un chemin hyper balisé jusqu’au sommet, cela représente un peu moins de 300m de dénivelé d’après la carte.

Le sommet du Donon est extraordinaire pour bien des raisons. D’abord, il permet d’avoir une vue à 360°, sur les Vosges, sur l’Alsace et la Lorraine. Deux tables d’orientation en demi-cercle permettent de se repérer et de mieux comprendre la géographie de la région. Aujourd’hui il ne faisait pas très beau, mais nous avons quand même eu un panorama assez dégagé et magnifique.

Ensuite, c’est un site archéologique passionnant. Ce lieu est à la jonction de plusieurs grandes voies de circulation, et visible de loin. Il semblerait qu’il ait été un lieu sacré depuis le néolithique. Les Celtes puis les Romains en ont fait un lieu de culte. Un temple dédié à Mercure a été construit en 103 après JC. Ce temple fut ensuite détruit vers 700. Par chance de nombreuses fouilles furent effectuées, et au XIXème siècle, un temple musée a été reconstruit suivant le modèle de l’original.

J’ai expliqué à la lutine ce qu’était un temple, nous sommes allées à la bibliothèque vendredi pour chercher un livre sur les civilisations grecques et romaines. Il était un peu compliqué pour elle, mais nous avons regardé les images, je lui ai expliqué que les Romains croyaient en de nombreux dieux, nous avons regardé les représentations des dieux principaux.

Nous avons ensuite expliqué que cette montagne était placée à un endroit où de nombreuses routes se croisaient, et que donc le temple était dédié à Mercure, dieu du voyage et du commerce.

Elle a aussi vu des photos du temple dans un petit livre de randos du coin. Elle était donc ultra motivée pour faire cette rando.

randonnée avec enfant Lorraine Alsace Moselle Bas-Rhin Donon Vosges

La montée est très plaisante. En effet, le chemin est parsemé de gros morceaux de grès rouge, ce qui évite la monotonie et motive bien plus les enfants pour marcher qu’une belle route toute plate. La lutine a escaladé tous les rochers qu’on croisait, a voulu faire des photos des arbres, des cailloux et d’un peu tout en fait… Nous sommes montées en une heure à peu près. Une fois en haut, elle a goûté, joué un long moment dans le temple, nous avons fait le tour du sentier archéologique jalonné par de petites plaques illustrées. J’aurais aimé sentir des émanations d’énergie sacrée dans ce lieu de culte ancestral, mais j’avoue qu’il ne s’est rien passé. Manque d’ouverture de ma part, trop de monde sur le site ou rien qui ne se passait ? Le mystère reste entier…

archéologie Vosges temple Romains

La lutine a tout redescendu en courant. La prochaine fois si nous sommes plus nombreux, peut-être ferons-nous un bivouac là-haut. Ce serait magique d’être dans le temple au lever du soleil.

Publicités
renforcer les compétences scolaires par une activité créative

Le carnet de voyage, activité des derniers jours de vacances

Dernière semaine avant l’école, presque tout le monde est rentré de vacances, on prépare les cartables, on ressort avec plaisir les crayons et les stylos. Le carnet de voyage est une façon de recommencer à utiliser ce matériel, d’écrire un petit peu à nouveau, tout en restant dans l’ambiance des vacances.

On peut le présenter de multiples manières :

  • un simple cahier où l’on raconte sur chaque page ce qu’on a fait
  • des feuilles qui seront ensuite perforées puis reliées ensemble par du raffia ou des rubans
  • des feuilles pliées en deux puis cousues.

L’enfant choisit les titres des pages, en fonction des journées de vacances par exemples, ou des différents endroits visités. On peut jouer à écrire de jolis titres, avec différentes couleurs, en découpant des lettres, avec des gommettes en forme de lettres… Puis selon l’âge de l’enfant, on écrit quelques phrases dessous pour raconter ce qu’on a fait. On colle des souvenirs, billet d’entrée, fleur ramassée, morceau de coquillage ou poignée de sable, billet d’avion ou de train.

carnet de voyage activité créative pour les vacances

Si on a fait des photos pendant les vacances, c’est le moment de faire le tri parmi les 550 photos prises grâce au numérique (parce que montrer tout ça à la famille c’est une séance de torture ! ) et on propose à l’enfant d’en choisir 10-15-20 qu’on lui imprimera ou fera développer. Puis l’enfant les colle soit en l’état soit après découpage dans son carnet de voyage.

Cette activité, selon la quantité de choses à raconter et la façon de décorer le carnet pourra durer de quelques heures à plusieurs après-midi. C’est également l’occasion de commencer à réutiliser certaines compétences scolaires dans un cadre ludique et rassurant (ici, utiliser le compas).

renforcer les compétences scolaires par une activité créative

randonner marcher en montagne avec des petits

Partir à la montagne : une belle expérience

Cette année, nous sommes parties une semaine dans le Vercors avec la lutine. C’est une super destination de vacances et également un endroit où l’on peut transmettre beaucoup de ses valeurs à l’enfant.la montagne avec un enfant

Notre activité favorite à la montagne est la randonnée. C’est simple, gratuit, on en prend plein les yeux, les sensations sont super (arriver au sommet après deux heures de marche, c’est carrément une autre sensation que d’y arriver après une demi-heure de lacets en voiture !). randonner marcher en montagne avec des petitsCette sensation de victoire ressentie au sommet est également la récompense d’une longue ascension, d’un effort de longue durée. On lit sans cesse des déplorations du phénomène de zapping qui touche les jeunes générations. Ici au contraire, c’est la durée et la lenteur qui sont célébrées. Le fait d’être monté lentement, à la vitesse de ses capacités est la source du plaisir de l’arrivée. Et je pense que les enfants sont très sensibles à cette sensation et acquièrent ainsi peu à peu la ténacité et la volonté d’aller au bout malgré la fatigue (n’exagérons pas non plus, il s’agit d’une fatigue adaptée à l’âge !). Petite astuce : plus le chemin est difficile (avec des rochers, besoin de s’accrocher etc…) mieux les enfants avancent. Ça ressemble à de l’aventure, c’est génial !

En plus, au cours de ces randonnées, nous avons eu la chance de voir un troupeau de bouquetins. C’était vraiment la surprise qui est venue couronner l’effort du jour. La veille nous

Les bouquetins au col des deux soeurs

Voici les bouquetins (ils étaient plus beaux en vrai !)

étions allées à la recherche des marmottes (pour la deuxième année consécutive). Nous n’en avons toujours pas vu, mais cette fois-ci, la lutine a pu entendre leurs sifflements d’alerte, tout prêt de nous en plus. Et finalement, ne pas réussir à voir les marmottes comme nous le souhaitions, c’est aussi une façon d’apprendre que la nature n’est pas à notre service, que nous ne commandons pas aux animaux.

La petite a pu également visiter la grotte de Choranche. Pour tous ceux qui passent dans la vallée Rhône-Alpes, n’hésitez pas à aller y faire un tour, c’est vraiment chouette. Son parrain lui a acheté un petit kit d’archéologue, et elle a gratté plusieurs heures durant pour réussir à extraire du plâtre une belle reproduction d’ammonite. Du coup, nous lui avons expliqué les origines de la montagne, et pourquoi on trouve des fossiles marins à 2000 mètres d’altitude. Pendant la rando au lac de la Moucherolle, nous lui avons montré quelques traces de fossiles sur les cailloux au sol, mais je dois avouer que les bouquetins ont eu plus de succès !

La prochaine fois, j’ai envie de faire faire de la spéléologie à la lutine. D’après un moniteur que j’ai rencontré là-bas, c’est une activité accessible dès que l’enfant sait marcher, il suffit de trouver une grotte adaptée à ses capacités motrices. Je vous raconterai 😉

Et sinon, nous avons fait une petite sortie accrobranche. C’est une chouette activité, très sécurisée pour les enfants puisqu’ils sont équipés d’une ligne de vie continue impossible à décrocher durant toute la durée du parcours (en tout cas dans les deux parcs que j’ai fréquentés).apprendre à affronter ses peurs La lutine adore ça, n’a aucune appréhension et se débrouille maintenant comme une championne avec le matériel. Pour ma part, j’ai aussi pu affronter ma peur du vide, ouf, pas évident ! Et pour les enfants un peu anxieux, le côté très progressif des parcours est vraiment chouette. L’année dernière j’étais avec un enfant de 10 ans qui a voulu suivre les autres de son âge qui avaient déjà l’expérience de ces parcs. Il est donc allé directement vers les grands parcours et a été complètement bloqué et dégoûté de l’activité. Il a rendu tout le matériel sans avoir rien fait. Et puis finalement, nous avons discuté et il a accepté de reprendre le matériel et de venir faire le plus petit parcours. Il était fier comme Artaban et s’est éclaté sur la tyrolienne de la fin, qu’il a refaite un paquet de fois. Et il a fini en disant qu’il reviendrait volontiers dans ce genre d’endroit.

Allez, si vous n’êtes pas convaincus d’aller à la montagne, voici quelques autres arguments :

  • en altitude il fait moins chaud. Surtout la nuit ! Donc c’est la garantie de bonnes nuits de sommeil, même pendant la canicule.
  • ça bouchonne moins que pour aller sur la côte (enfin je suppose, n’étant jamais allée sur la côte 😀 )
  • c’est moins cher
  • on ne se bat pas pour poser sa serviette sur la plage des lacs de montagne (ni pour entrer dans l’eau d’ailleurs car elle est fraîche en général, mais c’est bon pour la circulation !)
motiver un enfant à marcher dans une balade ou randonnée

Faire aimer les promenades à ses enfants

Petite Lutine adore se promener. Depuis qu’elle est toute petite, nous sortons très fréquemment, et pour son âge elle marche très bien. Cependant, comme beaucoup d’enfants, parfois elle se fait un peu prier pour venir. Voici quelques unes de mes idées pour l’aider à apprécier les balades ou les randonnées.

motiver un enfant à marcher dans une balade ou randonnée

Faire fabriquer un herbier aux enfants

  • Avec des feuilles, fleurs et plantes ramassées et séchées
  • Avec des photos que l’enfant aura prises lui-même tout au long de la promenade

Réaliser un cahier sur le passage des saisons

  • Prendre tous les mois des photos de plusieurs endroits choisis avec votre enfant, en gardant la même orientation, le même cadrage. Observez l’évolution des lieux.

Ramasser des éléments naturels qui vous serviront à faire des bricolages :

  • Pommes de pin pour faire le corps de petits elfes ou de créatures imaginaires.
  • Chapeaux de glands pour faire des bérêts à de petits personnages ou des petits bols
  • Morceaux de bois pour fabriquer du mobilier à leurs playmobils (dans cet article on voit une table et des chaises fabriqués avec une branche de bois et dans celui-là un feu)
  • Des cailloux à peindre ensuite de mille couleurs (nous avons fabriqué de l’or avec des cailloux pour la Saint Patrick, et nous en avons peint avec les couleurs de l’arc-en-ciel pour notre table des saisons)

Activités d'hiver pour les gnomes

Avoir à la maison une table des saisons inspirée de la pédagogie Steiner, ou si cela ne vous parle pas trop, une simple table intitulée « retour de promenade »

Ramasser ce que la nature nous offre à manger (Attention il faut être extrêmement vigilant avec ce que l’on ramasse, livre conseillé : Cueillettes sauvages sans risques : Baies, plantes, champignons… )

  • Des mures ou des myrtilles à préparer en confiture dès le retour de la promenade afin de la déguster le soir même lors d’une soirée crêpes pour se féliciter de la belle balade du jour.
  • Des châtaignes, à cuire aussi dès le retour pour une petite collation de retour de balade

Il semble important que les enfants puissent déguster le plus rapidement possible après le retour à la maison ce qu’ils ont ramassé, afin que la sensation du plaisir gustatif soit associée dans leur mémoire à celle de l’effort physique accompli pendant la journée.

Jouer avec eux

  • Les petits adorent jouer à se courir après, vous êtes le chat et la souris, la gazelle et le lion ou ce que vous aurez imaginé
  • Nous aimons jouer aux indiens : sur notre route nous ramassons du bois pour incarner un arc et des flèches, nous marchons à pas de sioux pour aller à la chasse au bison, nous chantons des chants indiens, nous faisons une pause pour construire un tipi…
  • Jouer tout en marchant : faites leur confiance, ils ont plein d’idées !

Partir à l’aventure

  • Ne pas hésiter à faire un bivouac : que ce soit en montagne, ou tout près de la maison dans un champ, le bivouac est une expérience fantastique pour les enfants (et les parents !). Les enfants ont vraiment l’impression de partir à l’aventure, et ils sont ultra motivés pour marcher.
  • Apprendre à se servir d’une carte et d’une boussole : montrez leur l’itinéraire, demandez leur de faire le guide.
  • Se promener hors des sentiers battus : à travers les sous-bois, ou alors en allant se balader de nuit, à la lueur de la lune (petite lutine adore ça, et c’est elle qui est chargée de la lampe de poche)
  • Aller guetter les animaux. Pour ça il va encore falloir que je m’entraîne, il paraît qu’observer des blaireaux de nuit n’est pas très difficile, mais je ne sais pas ni où ni comment le faire. Par contre on a un copain, le héron cendré. Il habite entre les deux étangs qui sont autour de chez nous, l’un au nord et l’autre au Sud-ouest. On le voit presque à chaque fois qu’on y va (sauf si on choisit pas le bon étang…)voir oiseaux pendant balade
conte pour la Saint Patrick Irlande

Préparation de la Saint Patrick

Depuis la Chandeleur/Imbolc, j’ai eu des difficultés à trouver le temps et l’inspiration pour de nouvelles fêtes scandant le passage du temps dans notre quotidien. Pourtant, il y en aurait bien besoin, la nature est en pleine préparation du printemps autour de nous. Il fait beau, nous sortons à nouveau beaucoup. Nous avons admiré (et cueilli pour petite lutine) des perce-neige, nous écoutons les oiseaux chanter à tue-tête, nous faisons des siestes au soleil (surtout moi…). J’aurais aimé trouver une fête début mars pour fêter ce commencement du renouveau.

Heureusement, Valérie Souricette est toujours là pour nous donner de nouvelles idées, et elle nous a suggéré de fêter la Saint Patrick le 17 mars. Cette fête est l’occasion de découvrir les traditions irlandaises, ainsi que ce magnifique pays que j’ai déjà visité et dans lequel je rêve de retourner (avec la lutine par exemple !). En attendant, comme nous étions toutes à la recherche d’une histoire de leprechaun, j’ai fait quelques recherches sur internet, et à l’aide de cette page, j’ai écrit un conte sur ce petit personnage. Je suis actuellement en train de l’illustrer. Petite Lutine a choisi les noms des héros du conte : Caolan, pour le garçon qui rencontre le leprechaun, Binne pour la jeune fille qui tient la librairie de son père, Ailbert pour le cousin pingre. Lire la suite

Balades hivernales…

balade naturaliste hivernaleQuelques images de nos sorties hivernales, nos petites activités. Pour nous, les promenades sont vraiment importantes, mais dans ces conditions glaciales, il faut trouver de quoi s’occuper pour ne pas prendre froid !

Sortie à l’étang

Le premier jour, j’avais oublié l’appareil photo, dommage car on a admiré de magnifiques traces d’oiseaux dans la neige : les canards palmés, de plus petites traces en direction de l’eau, sans doute les poules d’eau et enfin des minuscules traces que petite lutine et sa petite mamie ont attribué à des mésanges.

Le lendemain, la neige avait fondu. Nous avons regardé les panneaux naturalistes ponctuant le tour de l’étang, et toqué aux arbres pour savoir s’il y avait quelqu’un à l’intérieur. Ce jeu a beaucoup plu à petite lutine qui a décrété que sans doute les lutins devaient dormir à cause du froid, ce qui expliquait leur silence.

jeu promenade lutins imaginaire

Sortie chasse au trésor

Aujourd’hui, un petit rayon de soleil est venu illuminer la fin de l’après-midi. Nous avions une copine de Petite Lutine entre 16h et 17h. Nous en avons profité pour faire une petite sortie. Le soleil était déjà bien descendu derrière la colline. Pour leur permettre d’en profiter, j’ai préféré rester dans un grand pré bien exposé plutôt que de marcher sur la route, dangereuse à cette heure de sortie du boulot et d’école, et déjà à l’ombre.

courir dehors en hiver sortir malgré le froid et faire une chasse au trésor

Nous avons improvisé une petite chasse au trésor qui a fait courir les demoiselles en tous sens pendant que j’arpentais moi aussi le pré pour ne pas prendre froid. Elles sont parties chercher :

– une feuille morte

– un caillou

– un morceau de bois

– une paille

– une petite fleur, mais en fait il n’y en avait vraiment plus, donc elles m’ont rapporté une jolie herbe avec des feuilles chacune

– une poignée de sable

– une feuille encore verte

– une poignée d’herbes

petits trésors de balade, trouvailles naturelles en hiver

Elles riaient aux éclats en courant dans l’herbe. Nous avions mis comme règle que l’important est de trouver le bon objet et pas d’être le plus rapide, et il n’y a eu aucune idée de concurrence ou de qui va gagner, juste un bon moment partagé. En rentrant nous avons nourri les chevaux qui broutent dans l’enclos voisin. Nous avons croisé l’éleveuse qui nous a enfin permis de comprendre pourquoi l’un des chevaux a une couverture et pas les autres (si ça vous intéresse, c’est parce qu’il est tondu sinon il transpire et prend froid, et la couverture évite aux poils de repousser).

Notre premier bivouac en montagne

 

Dans la série des articles que j’ai oubliés de faire, il y a celui sur notre randonnée-bivouac au lac Achard. Petite Lutine avait déjà fait un bivouac (mémorable ! voir cet article), mais celui-ci a été son premier en montagne. Je l’avais motivée en lui promettant que nous verrions des marmottes. Malheureusement, sans doute à cause du mauvais temps, nous n’avons rencontré aucun de ces mignons petits mammifères. A la place nous lui avons montré les gentianes jaunes en lui expliquant que c’était la nourriture favorite des marmottes.

randonnée bivouac en version commando

Chez nous les randonnées commando, ça commence à quatre ans !

Lire la suite

Une rave-party avec un âne et une gosse de trois ans, ça vous dit ?

En faisant mon bilan 2014, je me suis rendue compte que j’avais oublié de raconter de super aventures que nous avions vécues pendant l’année. Aussi je m’empresse de rattraper mon retard, et je commence par le récit de la randonnée bivouac que nous avons faite avec un âne dans le Nord de la Drôme. Tout ne s’est pas exactement passé comme prévu…

Nous avons loué l’âne à la Marantière (1). L’âne qu’on nous a loué s’appelait Pilote (je sais pas vous, FAire une randonnée et un bivouac avec un âne et une enfant de trois ansmais je trouve que c’est un nom de très mauvais présage pour un âne !!!). Lire la suite

La lutine fabrique ses marionnettes

Depuis quelques temps, la lutine récupère toutes les boîtes en carton de la cuisine (riz, lentilles, flocons d’avoine) et s’amuse à les découper, les colorier. Cela donne des résultats très colorés, aux formes plutôt complexes.

Ce soir, son dessin représentait un dragon chinois m’a-t-elle dit. Je lui ai proposé de le coller avec du scotch au bout d’une baguette que nous avions ramassée lors d’une de nos balades, et cela a formé une petite marionnette. Emballée par l’idée, elle a immédiatement fait un deuxième dessin et l’a collé toute seule sur une autre baguette. Lire la suite