Histoire pour enfants hiver agneau neige forêt

Histoire pour Imbolc

Les personnages des trois petites fées ont du succès chez nous (voir conte du solstice d’hiver et de l’Epiphanie païenne), alors j’ai eu envie de continuer avec elles pour la fête d’Imbolc. L’histoire souligne les caractéristiques de cette période à mi-distance entre le solstice d’hiver et l’équinoxe d’été : l’arrivée des premiers perce-neige, le réchauffement de la déesse terre par un soleil qui mûrit peu à peu, la naissance des agneaux.Histoire pour enfants hiver agneau neige forêt

Lire la suite

conte pour épiphanie rois mages

Conte pour une Épiphanie païenne

Nous fêterons l’Épiphanie dimanche. J’ai écrit une petite histoire à raconter sur les rois mages et la galette à la frangipane, d’inspiration plutôt païenne. Pour ceci, je suis partie de l’histoire des petites fées et du bébé soleil, autour du solstice d’hiver, et j’ai ajouté un épisode qui a lieu une demi-lune après le solstice. Bonne lecture !

Télécharger le conte en PDF : Conte-pour-une-Epiphanie-paienne

conte pour épiphanie rois mages

La visite des rois mages

Le lendemain de la fête du solstice, les petites fées dormirent longtemps. Quand elles se levèrent, elles admirèrent le bébé soleil dans le ciel. Celui-ci était encore tout petit et bien pâle, mais elles savaient qu’il n’allait pas tarder à grandir et les éclairer plus longtemps chaque jour. Alors, elles commencèrent à attendre.

Une demi-lune après la fête, Islada, la doyenne de la forêt, les fit appeler. Elles s’installèrent autour d’elle, dans la clairière.

« Bonjour petites fées, commença la vieille femme, j’ai une histoire à vous raconter. Cette histoire se déroule il y a très longtemps, lorsque j’étais toute jeune avec des cheveux blonds et une peau douce et brillante. » Les petites fées avaient du mal à imaginer cette vieille femme toute ridée en jolie jeune femme, cela les fit sourire. Mais elles écoutèrent attentivement la suite de l’histoire.

« A cette époque-là, continua Islada, c’était ma grand-mère, Adnaé, qui partait dans les collines recueillir la graine de soleil déposée par le dernier rayon de l’astre du solstice d’hiver. Et comme nous l’avons fait avec vous il y a une demi-lune, nous faisions ensuite une grande fête avec les habitants de la forêt.

Cette année-là, quelques jours après la fête du solstice, je vis arriver dans notre clairière trois hommes, grands, richement vêtus, de noble apparence. Ils arrivaient d’un lointain pays et avaient marché jusqu’à nous dans l’espoir de comprendre la magie du solstice et du retour de l’astre solaire. C’étaient de grands rois dans leurs pays, mais aussi de grands mages disposant de nombreux pouvoirs. Le premier, nommé Gaspard, savait lire les étoiles, et c’est ainsi qu’il avait compris qu’il leur fallait marcher vers l’Est jusqu’à notre forêt. Le deuxième, Balthazar, comprenait le langage des animaux, qui les avaient guidés jusqu’à nous. Le dernier se nommait Melchior, il restait silencieux, mais me regardait avec les yeux plein d’une douceur qui fit rougir la jeune fille que j’étais.

Ma grand-mère écouta leur histoire en silence. Nullement intimidée par la magnificence de leur équipement, elle leur demanda à tous les trois de tendre la main. Elle lut en leurs paumes que ces hommes étaient bons, en quête de savoir pour éclairer leurs sujets et non pour les oppresser.

Alors, elle accepta de leur raconter l’histoire du dernier rayon de soleil et de la graine de laquelle renaissait l’astre chaque année.

Puis, ma grand-mère sortit les restes de la graine du bébé soleil, les deux parties d’une cosse, encore toutes chaudes et auxquelles restaient accrochés quelques filaments dorés et brillants. Elle reprit la parole :

« Voici la cosse d’où est sorti le nouveau soleil de cette année. Je vous l’offre, elle vous réchauffera pendant votre voyage de retour. »

Les trois mages étaient visiblement émerveillés et émus. Melchior la remercia chaleureusement :

« Chère Adnaé, nous ne saurions assez vous remercier pour ce récit et ce présent que vous nous offrez. Laissez moi à mon tour vous donner un cadeau pour marquer notre reconnaissance. » Il fouilla dans ses poches et en ressortit une poignée de fruits secs. « Voici des amandes, reprit-il, un fruit qui pousse dans mon pays. C’est un fruit généreux qui vous nourrira au cœur de l’hiver, en attendant que le soleil réchauffe la terre et fasse pousser les nouvelles récoltes. Nous vous en laisserons les trois sacs que nous avions apportés avec nous. »

Et alors, tous ensemble, habitants de la forêt et mages des pays lointains, préparèrent une galette en forme de soleil, qu’ils garnirent d’une crème fabriquée avec les amandes de Melchior.

Depuis ce jour-là, à chaque demi-lune suivant le solstice d’hiver, un oiseau arrive du lointain pays des rois mages avec une poignée d’amandes dans un petit sachet, et nous fabriquons cette galette des rois, en souvenir de leur visite. »

Les petites fées levèrent la tête et aperçurent dans le ciel un point qui arrivaient vers elles, et grossissait peu à peu. Elles virent que c’était un immense milan royal qui portait en son bec un petit baluchon de tissu. Il se posa près d’elles et déposa son fardeau. Islada le remercia en sifflant  quelques notes.

Les petites fées ouvrirent le morceau de drap et découvrirent des dizaines de graines de forme allongées : les amandes. Elles passèrent l’après-midi dans la clairière avec Islada à confectionner la galette, et le soir, tous se régalèrent autour du feu.

Entrer dans l’automne en fête

L’automne est synonyme de l’abondance, des récoltes de fruits et légumes, de provisions pour l’hiver. Nous entreposons les bocaux fabriqués tout au long de l’été dans le buffet, nous conservons les fruits dans le cellier. C’est l’occasion de célébrer et de remercier la nature pour les dons qu’elle nous offre si généreusement.

Cette célébration se fait tout naturellement avec les petits autour de la table de nature.

Quelques fêtes jalonnent le début de l’automne et permettent de fêter tout à la fois cette abondance, mais aussi le déclin de la lumière et le commencement du repliement sur soi-même et son intériorité.

Comme à la maison nous sommes gourmands et aimons cuisiner, nous célébrons bien souvent ces fêtes par des recettes de cuisine.

Nous avons commencé par le solstice d’automne. Après avoir installé la fée de l’automne sur la table des saisons, nous avons dégusté une belle tarte un peu rustique aux pommes, avec une pâte de blé complet et sarrasin : un régal.

tarte-dragon

La tarte-dragon de la Saint Martin

Emballés par cette première réussite, nous avons réitéré pour la Saint Michel. Le blog Chant des fées nous a proposé une très intéressante analyse de l’archétype du dragon. Sa lecture m’a donné envie de faire quelque chose pour cette célébration pour laquelle je n’avais jusqu’à présent que peu d’intérêt.dessin-dragon-crayons-aquarellables

Nous avons donc cuisiné une nouvelle dessin-dragontarte, et joué sur le contraste pommes quetches pour dessiner un dragon. Puis nous avons dessiné aux crayons aquarellables et à l’encre sur le thème du dragon. Nous avons lu le magnifique livre Dragons de Jackie Morris (qui nous avait servi d’inspiration pour nos dessins). Enfin le soir dans le lit, pour notre rituel de « yoga du soir », j’ai raconté à la lutine le thème du dragon tel que le présente Monique dans l’article cité. Nous avons ensuite fait une petite méditation ayant pour thème la descente dans notre cœur, bien au chaud, comme dans une grotte secrète, avec un feu pour nous réchauffer pendant que nous nous reposons et nous concentrons sur nous -mêmes, dans l’obscurité, une obscurité bienfaisante et apaisante. C’est un bel automne qui commence…dragons-jackie-morrisdragons-jackie-morris-interieur

concours pour gagner livre enfant gratuit

Chasse aux trésors de la Saint-Patrick

Aujourd’hui nous avons fait la grande chasse aux trésors de la Saint Patrick. Nous avons réparti les 8 enfants en deux groupes, les plus grands et les plus jeunes, avec deux parcours d’indices différents, adaptés aux âges, et un trésor pour chaque équipe. Chaque équipe était munie d’une petite besace cousue rapidement dans la matinée et d’un petit carnet pour prendre les notes nécessaires à la résolution des énigmes.

Pour ceux qui seraient intéressés, je vous donne le texte de nos énigmes, cela pourra peut-être vous inspirer ! Voici d’abord aujourd’hui la version « petits ».

1. Le premier indice était caché sous une haie, avec le petit leprechaun en tricot que j’avais fait l’année dernière. Nous lisons l’histoire de Caolan et le leprechaun (voir dans la marge droite du blog), puis nous demandons aux enfants : « Où doit-on se mettre pour avoir une chance de trouver un leprechaun ?  » Les enfants filent alors dehors et trouvent rapidement le leprechaun.

2. Il s’agissait ensuite de faire trouver un clapier à côté de la maison voisine dont les murs sont jaunes. Le texte de l’indice était :

« Près d’une maison qui a la couleur des poussins, vous trouverez l’habitation d’un petit animal doux avec de longues oreilles. L’indice est caché là. »

3. Dans la forêt il y a un mirador pour la chasse. L’indice suivant était caché à son pied.

« Au cœur de la forêt se trouve une haute et mystérieuse tour, au pied de laquelle vous trouverez l’indice qui vous permettra de poursuivre votre périple. Allez à la recherche de cette tour, mais soyez prudent, on ne sait pas quelles créatures rôdent dans la forêt. » Nous avons avancé à pas de sioux, entendu quelques grincements, mais finalement aucune créature étrange n’est venue nous déranger 🙂

4. A l’entrée de notre forêt, il y a un panneau rond avec un cercle rouge. L’indice était caché sous une pierre juste à côté.

« Dessinez un cercle, puis un autre autour un peu plus grand, puis encore un autre encore un peu plus grand. Coloriez l’espace entre le premier et le deuxième cercles. Vous trouverez le prochain indice au pied de ce que vous venez de dessiner. »

5. Nous avions caché l’indice suivant sous la mangeoire des oiseaux dans le jardin. (NB : La nette est un oiseau, je ne trouvais rien de plus facile…)

« Faites sortir les intrus de cette liste. Avec les premières lettres de chaque mot restant, vous formerez le nom du lieu où se trouve le prochain indice :

Mésange – Alouette – Lynx – Nette rousse – Grive musicienne – Etourneau sansonnet – Crabe – Oie cendrée – Ibis rouge – Araignée – Rouge-gorge – Epervier »

6. Il y a un bloc de sel pour le gibier dans la forêt. Nous avons caché un indice sous un bout de bois à côté.

« Si on m’oublie dans les plats, le repas n’a pas de goût. On me trouve dans l’eau de la mer. Je suis posé en forme de cube sur une souche de la forêt pour que les biches et les sangliers viennent me lécher. C’est moi qui garde le prochain indice. »

7. L’indice suivant était caché sous des feuilles mortes près de la barrière qui ferme l’accès à le route forestière.

« Je suis la gardienne de la forêt. Je protège la tranquillité des arbres et des animaux. J’empêche les intrus vrombissant d’entrer, mais je laisse passer les promeneurs. »

8. « Placez-vous au début du chemin de la forêt (à la limite avec le goudron). Avancez jusqu’à la petite chaise jaune. Repérez le premier sapin suivant (indice : le sapin a ses aiguilles en forme de peigne, à plat de chaque côté de la branche ; l’épicéa a ses aiguilles en forme de brosse, plantées de tous les côtés de la branche). Quel sigle est accroché à cet arbre ? Cherchez ce sigle sur un autre arbre un peu plus loin, l’indice sera à son pied. »

9. Dans le haut du jardin, nous avions enterré le trésor, puis placé l’arc-en-ciel de Grimm à côté.

« Quand il y a de la pluie et du soleil en même temps, que se passe-t-il ? On prétend que c’est là que les leprechauns enterrent leurs trésors… Montez sur la colline derrière la maison bleue, et voyez si vous n’en trouvez pas un… »

Imbolc chez les lutines

Pour notre fête de Imbolc cette année, il nous a fallu faire preuve de capacités d’adaptation. En effet, l’après-midi a finalement été monopolisée par une jeune fille qui avait besoin en urgence d’un coup de main pour préparer son bac blanc de français, nous n’avons donc pas pu préparer d’activité avec la lutine, et en plus il n’y avait plus d’oeufs ni dans le frigo ni à la boutique bio…

Heureusement nous avions fabriqué l’année dernière les personnages de la table de nature en lien avec le conte Grand-mère terre et les enfants racines. Il nous a donc suffi de les mettre en place en profitant d’une belle grosse bûche percée pour figurer le dessous de la terre où dorment les petits enfants racines. J’ai ensuite raconté l’histoire à la lutine avant de poser l’album sur la table de nature afin de la décorer.table de nature steiner chandeleur imbolc

Nous avons donc dû improviser nos activités, et c’est la lutine qui a choisi une belle activité de dessin : pastels secs pour la lutine et gras pour moi. Lire la suite

activité langage avec enfants

Livret d’activités pour le conte du solstice d’hiver

L’année dernière j’avais adapté et illustré un conte sur le solstice d’hiver (appelé dans l’histoire fête du Nouvel An). C’était une belle aventure, la première fois que je me frottais à l’auto-publication.

Avec le solstice d’hiver qui revient, j’ai eu envie de vous présenter un petit livret d’activités accompagnant la lecture de ce conte. Ce livret contient :

  • un coloriageactivité langage avec enfants
  • des tangrams avec leurs solutions
  • des petites marionnettes à doigts en papier pour rejouer les scènes du conte
  • une recette de brioche soleil adaptée pour les enfants
  • une petite page de graphismes

Lire la suite

calendrier avent fabrication maison feutrine

Par quoi remplacer les chocolats du calendrier de l’Avent ?

Aujourd’hui c’est le premier jour de l’Avent. Nous avons installé le calendrier hier. J’ai repris les petites pochettes en feutrine fabriquées l’année dernière, et nous les avons cette fois accrochées à des branches, formant un joli arbre plein de couleurs.calendrier avent fabrication maison feutrine

L’avent est le temps de l’attente. Les enfants vivent le temps de façon concrète (précepte cher à l’éducation lente) par l’ouverture progressive des petites cases du calendrier de l’Avent, jour après jour. Cette attente se vit aussi par les nombreuses activités proposées dans cette période : préparation de gâteaux pour Noël, de cadeaux à offrir, de décorations pour cette fête. Cela me semble important que la décoration de Noël se fasse progressivement tout au long de l’Avent pour ne pas avoir l’impression d’être transporté en un jour dans un magasin de déco, mais bien de construire peu à peu, dans l’attente de la fête, cet univers merveilleux. Lire la suite

Fêter la Saint Martin : préparatifs et conte

Ce soir nous fêtons la Saint Martin. Cette fête est l’occasion de célébrer la générosité, le partage, en rappelant le geste de Saint Martin qui a partagé son manteau avec le pauvre. Dans les régions casténicoles, la Saint Martin est marquée par une dégustation de châtaignes. En effet, la châtaigne est le pain du pauvre et symbolise elle aussi la générosité. La bogue qui s’ouvre rappelle le manteau de Saint Martin qui se coupe en deux.

Pour cette fête, les enfants fabriquent des lanternes, puis défilent en procession en chantant les chants de Saint Martin. On peut jouer la scénette de la rencontre du mendiant ou raconter un conte. Lire la suite

Fêter l’arrivée de l’automne

J’avais lu un livre d’Anne Bacus lorsque la lutine était toute petite. Je n’en ai pas grand souvenir, à part un détail qui m’avait marqué, elle disait que la vie ayant son lot de difficultés, il fallait saisir toutes les occasions de montrer à l’enfant sa beauté, et notamment en prenant tous les prétextes possibles d’organiser une fête à la maison. Et faire la fête, cela n’a rien de compliqué, quelques bougies, un gâteau, éventuellement un déguisement et c’est parti.

La pédagogie Steiner est tout à fait dans cette optique, qui recommande de célébrer les différentes fêtes du calendrier annuel. Chacun suit cette pédagogie suivant sa sensibilité, pour notre part, je préfère en avoir une interprétation à tendance plutôt païenne. Aussi, nous célébrons les fêtes solaires.

La fête de Mabon célèbre l’équinoxe d’automne, cette journée où le jour et la nuit sont d’égale durée. C’est le moment où l’on remercie la nature pour sa générosité, pour toutes les récoltes qu’elle nous a permis d’engranger, toutes les cueillettes sauvages que nous avons pu faire. Lire la suite