Bonne année 2017

Toute la famille des lutins vous souhaite à tous une excellente année 2017, sous les plus beaux augures.bonne-annee-2017

De notre côté, de nombreux projets vont se concrétiser dans les mois à venir.

Tout d’abord, c’est avec un grand plaisir que nous vous annonçons que la cigogne va bientôt se poser dans notre petit village lorrain, et amener un nouveau petit lutin dans la famille pour les derniers jours du printemps.

Ensuite, le blog va sans doute reprendre son nom initial, « Explorer ensemble », plus adapté à notre nouvelle configuration familiale. Ce sera peut-être aussi l’occasion de passer à un nom de domaine propre. Il va donc y avoir de la maintenance dans les prochains mois, merci d’avance pour votre patience pendant les pauses blogesques.

Enfin, j’espère vivement pouvoir mettre à profit cette année 2017 pour renouer avec l’écriture. De petites histoires viendront régulièrement ponctuer les articles publiés par ici.

Et vous, quels sont vos projets, vos attentes pour 2017 ?

A très bientôt.

Publicités

Balades et récoltes d’automne

Le soleil s’abaisse sur l’horizon, la lumière rasante illumine la campagne de douces couleurs. Nos balades se font fraîches, douces. Nous glanons le maïs et le décortiquons pour nos poules, nous mangeons les dernières mûres avec une petite grimace car elles sont acides, nouschampignon observons les églantiers, les touchons du bout du doigt pour éprouver leur maturité. Il faudra attendre la première gelée pour les ramasser. Nous cueillons quelques baies d’aubépine dont le rouge carmin viendra illuminer notre table de nature. En batifolant dans un pré, nous découvrons des colchiques aux pétales d’un mauve délicat entre lesquels on découvre des étamines couvertes d’un pollen dont le orange rappelle celui du soleil couchant. Un peu plus loin se dresse fièrement un beau champignon. La cloche sonne doucement à l’église du village nous rappelant qu’il est temps de rentrer, d’aller mettre une soupe sur le feu, une tarte dans le four, de lire, douillettement installés au coin du feu, nos livres préférés d’automne, ceux qui parlent eux aussi de récoltes et de balades, dont les illustrations jouent dans les tons de jaunes et de orange, d’ocres et de bruns…admirer-coucher-de-soleil colchique

activité motricité fine, Montessori au potager, écosser les haricots blancs

Motricité fine au potager

Qui a dit qu’il faisait mauvais temps en Moselle ? Je ne sais pas si la région fait un effort pour nous accueillir, mais nous avons de la chance. Alors que tous mes voisins m’ont dit la semaine dernière « ça y’est l’été est fini, l’hiver commence maintenant » assorti d’un « Parfois ici il pleut trois semaines d’affilée sans discontinuer, et une année on a eu seulement trois jours de soleil sur 6 mois d’hiver », le soleil est revenu depuis deux jours et semble s’installer jusqu’à la fin de la semaine. Voilà qui arrange nos petites affaires, car notre potager lui n’a pas dit son dernier mot ! Les tomates finissent de mûrir, les haricots verts sont plus nombreux que jamais, les haricots blancs commencent à sécher.

Nous continuons joyeusement nos récoltes avec petite lutine, et ça lui permet de faire de la motricité fine, pour laquelle elle sait d’ailleurs rester concentrée pendant un long moment.

éducation lente : faire du potager avec les enfants

Nous avons cueilli puis écossé les haricots blancs. Elle a beaucoup aimé ouvrir les cosses sur la longueur, et sortir les grains un par un avec ses petits doigts pour les mettre dans la bassine, avant de les transvaser grâce au gros entonnoir dans le bocal où ils vont passer l’hiver.

activité motricité fine, Montessori au potager, écosser les haricots blancs

Nous avions déjà fait ce travail de finesse avec les grains de sureau. Après en avoir cueilli de belles grappes dans la forêt, nous avons passé un long moment à les égrener. Puis les doigts de la lutine se sont mis au travail pour trier les grains encore verts et les retirer de la casserole avant la préparation de la gelée.activité pour travailler la pince à deux doigts en motricité fine Montessori

Pour les haricots verts, elle prend un petit couteau et une planche à découper en bois et coupe les deux extrémités du haricot avec beaucoup de minutie.

Je ne sais pas vous, mais j’éprouve une intense satisfaction à récolter les légumes dans mon potager ou à cueillir das la nature et à préparer toutes ces provisions pour l’hiver. J’ai l’impression de revenir à des valeurs fondamentales, d’être dans le concret, de me recentrer et me ressourcer. Tout le monde est apaisé après ce type d’activité.

créer avec enfants à partir de récup

Le potager, ça stimule la créativité !

histoire pour enfants potager salade jardiner limaces écologie

Une petite histoire offerte pour fêter ce premier concours

Alors voilà, la petite main a tiré l’un des douze papiers mis dans le plat (finalement j’ai sélectionné tout le monde, les idées étaient très chouettes et je n’avais pas envie d’éliminer qqn). C’est donc le papier numéro 2 qui a été tiré, désignant ainsi Pascale. Bravo à toi et merci à vous tous pour vos super idées, j’ai de quoi écrire jusqu’à la Saint Glinglin 🙂

Pour vous remercier de votre participation, je vous propose de lire ci-dessous une toute petite histoire qui fait partie de la série des Aventures de Manoya pour laquelle je souhaite retravailler toutes les illustrations avant de vous la proposer en publication. C’est une histoire pour les tout petits (2 à 5 ans) bien de saison, qui parle de potager, de salade et de limaces…
N’hésitez pas à aller regarder l’album de Caolan et le leprechaun (plutôt 4 à 8 ans celui-là je dirais, mais cela dépend des enfants bien entendu 😉 ) sur le site d’amazon en suivant ce lien.

Manoya sauve les salades

Manoya veut faire un potager, comme sa maman.

 Elle demande à son papa de lui bêcher un coin du jardin. Elle passe le râteau et enlève les cailloux.

Puis, elle sème deux graines de courgette, des grosses graines de haricots, et elle plante une rangée de petites salades. Pour passer entre les rangs, elle met une grosse planche qui lui servira de chemin.

 Tous les soirs, Manoya vient voir son potager. Elle l’arrose quand il fait chaud, elle enlève les mauvaises herbes qui poussent. Elle encourage ses plantes à grandir en leur parlant doucement.histoire pour enfants potager salade jardiner limaces écologie

 Mais un jour, catastrophe ! Une des salades a été mangée par des limaces ! Et ces grosses gourmandes commencent déjà à grignoter la deuxième salade…

 

Manoya est très en colère contre les limaces. Elle va voir sa maman pour lui demander conseil :

« Qu’est-ce que je peux faire pour empêcher les limaces de manger mes légumes ?

– Ma chérie, il faut les écraser sous la semelle de tes bottes, » lui explique sa maman.

 « Berk, pense Manoya, c’est dégoûtant ! » Et puis, elle trouve que ce n’est pas très gentil pour les limaces. Après tout, elles ne sont pas si méchantes, elles ont juste faim.

 Manoya a une idée. Elle va sauver le potager sans faire de mal aux limaces. Elle ramasse un pot vide qui traînait.  Elle met à l’intérieur toutes les limaces qu’elle trouve dans ses salades.

 Comme elle est rusée, elle pense aussi à retourner la planche qui sert de chemin. Là, elle trouve deux grosses limaces qui s’étaient cachées.

Ensuite, elle prend le pot et part avec sa maman sur la petite route qui grimpe dans la colline.

 Une fois qu’elles ont dépassé les maisons, Manoya renverse le pot et fait sortir les limaces dans l’herbe. Elle leur explique :

« Ici, vous pouvez manger toute l’herbe et les feuilles que vous voulez, vous n’embêtez personne. Mais ne revenez pas dans mon potager ! »

 Manoya retourne dans son jardin et va voir ses salades. Elle les rassure. Les limaces ne les mangeront pas cette nuit, elles sont beaucoup trop loin. Les salades peuvent pousser en sécurité.

J’espère que cette histoire vous aura plu, merci pour votre lecture, vos commentaires et vos encouragements.

L’installation du potager

Cette semaine, nous avons commencé le potager dans le jardin de notre nouvelle maison en Lorraine. Petite Lutine réclamait à grands cris ce potager et avait vraiment hâte de commencer les travaux. Mais pas facile de l’intégrer à cette installation. En effet, il s’agissait tout d’abord d’arracher la couche de gazon afin de libérer la place pour faire nos plantations. Une opération qui requiert de gros biscotos. Mais dans la pratique, la Lutine a trouvé sa place assez facilement, et a pu participer avec joie à ces premiers pas du potager.

J’ai donc commencé à soulever de grandes mottes de gazon à coups de croc. Petite Lutine récupérait les mottes, et elle s’est donné comme mission le sauvetage des vers de terre planqués dans les racines. Je lui ai en effet expliqué que les vers de terre étaient des alliés au jardin car ils aéraient la terre. Lire la suite

pneux planches bidons morceaux de bois : tout pour stimuler l'imaginaire des enfants

Faut-il construire une cabane pour nos enfants dans le jardin ?

Une réflexion me trotte dans la tête depuis quelques jours. J’ai lu l’article très intéressant du mag du journal Le Monde, partagé par plusieurs pages auxquelles je suis abonnée, dont celle d’Education joyeuse. Cet article, intitulé Des aires de jeux plus permissives pour nos enfants insiste sur l’importance de la présence du danger dans le jeu libre des enfants, notamment en extérieur. On y faisait le compte-rendu de la réflexion d’une psychologue norvégienne qui parlait de la façon dont les enfants apprennent à se confronter au danger, et en ressortent heureux et grandis : elle évoquait « six jeux indispensables pour apprendre à anticiper le danger, à le maîtriser, et à ressentir l’immense bonheur d’y parvenir : grimper, aller vite, se servir d’outils dangereux, être près d’éléments dangereux (l’eau, le feu), se battre, et se promener seul, hors de la vue d’un adulte. » Lire la suite

Laissons nos enfants dépasser dans leurs coloriages

coloriageCette année, quelqu’un de mon entourage a très gentiment offert à petite lutine un cahier de coloriages. Il s’agit d’un cahier fait pour apprendre à colorier sans dépasser. L’image est quasiment totalement coloriée, seules une ou deux zones sont laissées blanches, entourées d’un trait épais dans un matériau un peu rugueux destiné à faire intérioriser à l’enfant la limite de façon sensorielle.

Sincèrement, je n’aime pas du tout l’esprit de ce cahier de coloriage. Il n’y a aucune créativité, aucune liberté : l’enfant ne choisit rien, ni l’endroit à colorier, ni la couleur, on lui rappelle sans cesse combien il est important de rester dans le cadre. Brrrrr … (Si la personne qui l’a offert lit cet article, qu’elle se rassure, Petite Lutine elle l’a adoré, elle a tout fait en une semaine 🙂 ) Lire la suite

dessin animé alternatif nature amitié

Education consciente et dessins animés

Drôle de titre me direz-vous. Qu’ont à voir les dessins animés avec l’éducation consciente ? Comme je l’expliquais dans un article précédent, j’essaie de prendre conscience des raisons sous-jacentes qui guident mes choix d’éducation. C’est une façon de ne pas répéter inconsciemment certains schémas avec lesquels je ne serais pas d’accord, et d’essayer de mener une éducation la plus proche possible de celle que je souhaite et qui correspond à ce que je suis réellement.

Cependant, il y a un domaine dans lequel jusqu’à maintenant je ne m’étais posé aucune question, celui des dessins animés. A la maison, nous avons eu notre premier poste de télévision lorsque j’avais environ 8 ans. Les premiers dessins animés que j’ai regardés étaient Robin des bois et Blanche-neige. J’ai littéralement adoré des dessins animés. Ensuite il y a eu Le Livre de la jungle, les 101 dalmatiens etc… Aussi tout naturellement, j’ai commencé à proposer à ma fille de regarder ces dessins animés Disney dans lesquels j’avais baigné. Lire la suite